DERRIERES

Alain B

Juin 2007

 

Grand  Maitre , mesdames , mesdemoiselles , messieurs

Que serait l’homme sans la fesse  ?  Il serait perdu ne sachant pas ou mettre les mains .

Ces fesses si douces comme une peau de bébé délicatement vêtues ; d’un shorty en dentelle , d’un coton classique , d’un string noir  ou d’une ficelle en vinyl  . . . A chacune sa féminité .

Dès les beaux jours , fesse-tival de robes légères qui dévoilent ces rondeurs , un fesse-tin pour les yeux . . .

Certains préfèrent les gros seins , Moi j’aime les fesses ,qu’elles soient petites , charnues , rondes , discrètes , appétissantes a croquer . . .

A votre avis , à quoi pense le boulanger lorsqu’il pétrit affesstueusement la pate du pain ? Et qu’il en fait de belles miches . A sa femme , a la femme du boucher , de l’épicier ? ? ? Mais non il pense aux belles fesses de ses clientes . . .

Nous aimons tous regarder les femmes dans les yeux , surtout quand elles nous tournent le dos  . . .

Pour conclure , rendons hommage au photographe  JEAN-LOU SIEFF (malheureusement décédé ) qui a donné ses lettres de noblesse aux fesses dans un livre intitulé ” DERRIERES ” ou il n’y a que des photos de fesses .




LA FESSE

Agnes D.

Novembre 2010

FESSES : Nom féminin (et oui, messieurs ! les femmes ont encore frappées !) désignant la partie charnue des deux masses sises à la partie postérieure du bassin. C’est ainsi qu’est définie la fesse dans le dictionnaire.

 Cependant, il est possible de désigner cette noble partie par bien d’autres termes : croupe, derrière, cul, pétard, popotin, fessier, postérieur, croupion, séant, trône…

 Selon la personne qui en parle ou l’évoque elle peut prendre différentes connotations : à la fois festive, joyeuse (elle a la fesse rigolote), dramatique, sexuelle, graveleuse, anatomique, médicale, héréditaire mais l’important est dans parler.

 Quelques fois cachée, d’autres fois exhibée, parfois chérie ou vénérée, haie, enviée, la fesse a son importance. Servant à la fois de faire valoir (il suffit de regarder l’expression de ces messieurs devant un joli galbe fessier et nous mesdames ne sommes pas en reste : quoi de plus sympathique à regarder qu’une belle paire… de fesses masculines moulées dans un joli jean), de fantasmes, de cauchemars quelque fois (mon Dieu, quand je pense que lorsque j’étais petite on me disait « elle a la bouille on dirait les fesses de sa grand-mère ! imaginez les ravages psychologiques chez une enfant sachant que sa mamie fait plus de 130 kilos !), de coussin (n’oubliez pas qu’il s’agit de la partie charnue) et de point d’équilibre (et oui ! sans ce cher fessier chute en avant assurée !).

 Info du moment : la mode est au remaniement, mais pas gouvernemental, c’est-à-dire se faire refaire le popotin à grands coups d’implants… quelle bizarrerie…ont a les fesses que l’on a et grand bien nous fesses… euh, nous fasses.

 Que ceux qui tastent en toute liberté la multitude de croupes existantes et à porter de mains puissent trouver ce qu’ils cherchent et continuer à faire vivre ce joli mot qu’est la fesse.




JUIN 2009

LE DISCOURS DU GRAND FESSEMASTER

JUIN 2009

Chevaliers, Chevalières,

Hautes Fessières, Hauts Fessiers,

Grands Officiers et Grandes Officières,

Sérénissime Grand Maître.

 

Notre Grand Inquisiteur étant en vacances en Espagne, comme vous l’avez entendu tout à l’heure, notre Sérénissime Grand Maître, sans doute dans un moment d’égarement, m’a demandé de le remplacer au cul levé.

 

D’ailleurs au départ il ne devait pas aller en Espagne mais dans l’est de la France à Kudefraulen dans le Bas Rein. Sans doute Montcuq l’a fait changer d’avis.

 

Mais peut-on remplacer un tel Dignitaire de notre Confrérie, un tel Personnage de la Culrie Pygologique Culménique (ta mère) qui, malgré tout l’esprit saint qui l’habite (non non il n’y a pas de contrepeterie !!!), refuse d’être appelé mon père, mais plutôt mon Frère, alors qu’il est père de saint homme. (là il n’y a toujours pas de contrepéterie, un simple jeu de mot tout au plus !!!).

 

Ayons donc une pensée partie culière ce soir pour Christian (non pas pour moi mais pour lui !!!)

Et pour les cons j’ai payé.

 

Ce soir devant vos yeux émerveillés, se déroule le Grand Fessetin Parisien du Taste Fesses, seconde Manifessetation Offessielle du Cinquantenaire de notre Noble Confrérie après Montcuq.

 

Il y en aura d’autres, puisque nos amis Belges nous ont annoncé un FesseTin Bruxellois en Octobre deux mille nonante. Il y aura bien sur le Fessetin Parisien de Novembre et sans doute la Fête des Vendanges de Montmartre.

 

De plus, et comme vous avez pu le voir dans vos assiettes, j’ai rassemblé un certain nombre de documents historiques, fessetifs, planches de fesses et autres sur notre Confrérie, et nous vous proposons en souscription un livre qui sortira pour notre prochain Fessetin. Il s’intitulera « le cul, 50 ans de Taste Fesses», car le cul est une publication du Taste Fesses qui parait quand bon lui semble et surtout à l’occasion de grandes occasions.

 

Ce soir, comme nous l’avions annoncé lors de notre dernier fessetin, nous vous proposons un livre de Léo Campion « zoophilie », paru en tirage limité (500 exemplaires), en vente à 10 euros.

 

Voilà pour les Fessetivités de ce cinquantenaire.

 

Pour le présent immédiat, sachez que :

 

Deux récipiendaires vont se présenter à vous pour être initiés aux plaisirs de la Fesse. Ils ont juré n’avoir jamais blasphémé sur la Sainte Fesse et sont prêts à faire leur notre devise, « tout bonheur que la main n’atteint pas n’est qu’un rêve ».

 

Ils ont travaillé fort, de longs jours et de longues heures, pour apprendre par cœur la 17ème lettre de l’alphabet, et ont appris à tracer une raie médiane.

 

Ils se sont penchés aussi sur quelques sujets du Bac de cette année :

 

PHILO

Sujet 1 : « Compte tenu que les fesse d’un même cul sont jumelles, la différence entre la fesse droite et la fesse gauche est elle la même pour un droitier que la différence entre la fesse gauche et la fesse droite pour un gaucher ?  Vous préciserez si l’opinion de l’ambidextre sur cette question diffère de celle du manchot et ce qu’en pense le quadrumane.

 

Sujet 2 : « En admettant l’existence de l’âme chez le ténia, le ver solitaire est il susceptible, selon vous, de reconnaissance et d’affection pour celui qui l’a élevé ? Vous donnerez sur ce sujet le point de vue de Saint Thomas d’Aquin. »

 

ARTS PLASTIQUES : « Le second refrain du Cantique de la Sainte Fesse commence par ces deux vers : Si nous étions sans fesse, Nous n’aurions pas de cul.

Comment imaginez vous une absence de postérieur ? Dessinez-la. »

 

HISTOIRE GEO : « Analysez historiquement la longue tradition de pédérastie chez les hannetons.

Citez à l’appui de cette vaste thèse des textes mythologiques, bibliques et marxistes.

 

Situez sur une carte les progrès de cette pratique dans le monde moderne et calculez à un kilo pres son influence sur le fétichisme du popotin au Bélouchistan.

 

EDUCATION CIVIQUE : « En posture debout, couchée, assise, ou à genoux, le coïtus a posteriori ou coïtus à tergo, dit aussi positio aversa (qu’il ne faut pas confondre avec le coïtus in anum, avec lequel il y a des accomodements), oblige la dame à tourner le dos au monsieur. Ce qui est discourtois. (et le plus souvent, elle ne s’en excuse même pas).

Comment obvier à cette impolitesse en conciliant la civilité et la bienséance avec le classicisme ancestral de ladite position ?

 

MATHEMATIQUES : « Pourquoi la raie du cul est elle plus longue que large ? »

 

Nos impétrants de ce soir sont donc bien préparés mais ils ignorent encore tout des terribles épreuves qui les attendent.

Je vais vous les présenter brièvement.

 

Daniel, pro fesseur de lycée pro fessionnel, on sent déjà l’attirance, né en 1954, l’hiver où on se gelait les fesses. A fait des études élémentaires, supérieures et postérieures, durant lesquelles il a appris à manier le pinceau et à touiller dans le pot.

Il s’est destiné à l’enseignement spécialisé pour jeunes en difficultés à qui il apprend à rechampir et à préparer la barbotine.

Marié à Sylvie qui le qualifie ainsi : « c’est le fou de mes tresses »

Il est passionné par les éclipses totales de Lune et habite à la Queue en Brie.

 

Antoine, Né à Nancy, le 26 janvier 1964 à la maternité Adolphe Pinard.(aucun n’en est parvenu intact)

Vit seul avec Patafix sa chatte noire et poilue (à ne pas confondre avec Pataphysique)

Architecte défroqué et éditeur mercennaire,   s’interesse à la musique et en particulier au trou du luth,

– Prix littéraire 2009* et membre de la Docte insigne et gourmande Confrérie des Taste-andouilles du Val d’Ajol

– Confrère-pipier près la Confrérie des Maîtres-pipiers de Saint-Claude

– Membre-auditeur du Collège de ‘Pataphysique

– Secrétaire définitivement provisoire de l’Académie Héré

 

Chevalières, Chevaliers, Hautes fessières et Hauts Fessiers, Dignitaires et Dignitaires, ces profanes auront besoin de votre soutien pour affronter ces terribles épreuves qui en ont vu reculer plus d’un.

Encouragez les avec force et vigueur, mais soyez fermes et intraitables sur les fondements de notre raie publique.

Qu’il en soit fait selon la volonté de la Sainte Fesse, écoutons nos impétrants présenter leur travail.

 

Pour terminer n’oubliez pas :

Pour tout savoir sur la Fesse

Connecte toi au Taste Fesses

3w tastefesses.info

C’est sur la fesse les infos qu’il te faut

Premier site de fesse en continu

Pour devenir grand expert sur le cul

 

Christian

Grand FesseMaster




DISCOURS DE MONTCUQ

Chevaliers, Chevalières,

Hautes Fessières, Hauts Fessiers,

Grands Officiers et Grandes Officières,

Sérénissime Grand Maître 

Après un fort long voyage, nous voici arrivés à bon port, mais sans la grippe du même nom. Le bon port étant Montcuq. Et Montcuq, méritant un tel périple, ne saurait souffrir d’un tel péril. Venus de tant d‘endroits différents, nous donnons force et vigueur à l’adage fessier : tous les chemins mènent à Montcuq.

 Je tiens, solennellement en tant que Grand Inquisiteur, à redonner à Montcuq ce que le satané Vatican-Papistoïde à voler pour lui substituer le mot galvaudé de Rome. Montcuq est le vrai mot sacré, Rome n’est qu’un ersatz.

 La fesse, la sainte-fesse, méprise l’ignorance. Faisons donc un peu d’histoire en parcourant Wikipédia.

L’étymologie de Montcuq est incertaine et plusieurs origines ont été proposées. Le nom proviendrait du latin mons (mont) et de cuc (sommet) en référence à l’emplacement du village, bâti au sommet d’une colline. Le nom pourrait également provenir de la racine préceltique cuq signifiant « hauteur », « promontoire » ou « lieu élevé », hypothèse qui se vérifie lorsqu’on retrouve cette même racine dans des formes qui ont survécu régionalement, avec le même sens ou un sens voisin : dans la région lyonnaise, le cuchon (avec un suffixe diminutif) désigne un petit tas. On trouve également kukkuru (pointe, hauteur) en sarde et cucca, tête en sicilien, termes insulaires renforçant l’hypothèse d’une origine préceltique, puisque les Celtes, même au moment de leur plus grande expansion, n’ont jamais résidé dans les grandes îles de la Méditerranée (Corse, Sardaigne, Sicile). Cette hypothèse de l’étymologie précéltique est en particulier défendue par la linguiste et historienne Henriette Walter,. On cite également des origines latines, comme Mont Circus Vallium (Montcuq des Vals) ou bien Mont Cuneus (mont en forme de cône). D’autres origines plus poétiques, telles que Montis Cuci (montagne des coucous), ont également été avancées.

Vous voyez bien, Chevaliers et Chevalières, qu’à Montcuq on n’est jamais loin de la fesse.

Vous voyez aussi que quand on parle de Montcuq, on prend de la hauteur.

La fondation de Montcuq remonte à l’époque gallo-romaine. Au XIIe siècle, c’était le chef-lieu d’une châtellenie à laquelle Raymond VII, comte de Toulouse, donna une charte de coutumes. Montcuq, à forte implantation cathare et vaudoise, et qui avait reçu sa charte de Raymond VI, prit tout naturellement le parti occitan. Le 1er juin 1212, Simon de Montfort s’empara de la place forte, désertée par ses défenseurs et en fit don à Beaudouin, demi-frère du comte de Toulouse, rallié aux croisés.

Le 17 février 1214, Beaudouin de Toulouse se rendit au château de Lolmie (commune de Saint-Laurent-Lolmie, ruines du château XIIIe siècle, au sud de Montcuq.) Après un bref combat, il fut arrêté par Ratier de Castelnau (pourtant allié de Montfort), Bertrand de Mondenard et le seigneur de Montpezat. Conduit à Montcuq et privé de nourriture, il refusa d’ordonner à ses soldats, enfermés dans le donjon de se rendre. La garnison française se rendit pourtant moyennant la vie sauve. Le chroniqueur assure qu’elle fut aussitôt massacrée. Beaudouin, emmené à Montauban, fut pendu sur ordre de son frère.
Après le traité de Meaux en 1229, le roi de France fit abattre les murs de la ville et le château, dont il ne reste que le donjon.

Montcuq fut, au XIVe siècle, plusieurs fois reprise par les Anglais et, au XVIe siècle, ravagée par les huguenots. C’est aujourd’hui un bourg actif, ouvert au tourisme, et riche d’une coopérative agricole et fruitière, et du voisinage de la fabrique de meringues et de gaufres de Saint-Daunès.

Ajoutons aussi que Montcuq fut une étape importante sur le chemin des pèlerins en route pour Saint-Jacques de Compostelle. Montcuq valait bien un détour sur le chemin du Con, postel ou non. D’ailleurs, toute la région en garde un souvenir diffus.

 Montcuq est situé en dessous de Saint-Pantaléon, au dessous de Farguette, assez loin de Soussis et au dessus de Tréjouis. Imaginer ce qu’un contrepèteur de génie pourrait faire avec ses mots de vieux français qui veulent, sans doute, dire pantalon, braguette, pas de soucis, j’ai beaucoup joui.

 Par ailleurs, le républicain libre penseur et syndicaliste que je suis ne peut ignorer et taire qu’il existe une statue de femme, au niveau du Café du Centre, sur le socle de laquelle il y a deux inscriptions de gravées « A la gloire de la Révolution française 1789-1889 » et une autre « 1789-1989 ». Elles ont été apposées pour le 100ème, puis le 200ème anniversaire de la Grande Révolution, selon la formule de Kropotkine.

 Montcuq sait faire et honorer la Révolution. Car faire la Révolution, c’est mettre toujours cul par-dessus tête. Et quand Montcuq remplace ma tête, ce n’est pas triste.

 J’espère que toutes ses considérations historico-philosophico-politiques vous auront convaincu que le déplacement valait le coup. Et que c’était un sacré coup de cul que de venir à Montcuq.

 C’est aussi, pour notre Confrérie chevaleresque et fessière, la volonté d’honorer deux de nos glorieux passés Sérénissimes Passés Grands Maîtres Léon Campion et Yvon Tanguy et, ce, à l’occasion du 50ème anniversaire de notre Ordre International, puissance souveraine intergallactique.

 Quand nous ferons notre prochaine Chaine d’oignons, ayons une fesse émue et reconnaissante pour Yvon et Léo.

 J’ai finis de dire.

  

Christian Eyschen

Grand Inquisiteur de la Confrérie des Chevaliers du taste-Fesses




NOVEMBRE 2008

NOVEMBRE 2008

 

Hommage à la Belgique

 Les lois de l’humour sont très sévères : on ne peut pas se moquer des victimes, des noirs, des homos, des musulmans, des juifs, des handicapés… moi je dis : de qui se moque t-on ? (Philippe Geluck)

 

Très Chers tous,

 

Comme l’on dit mes deux alcooliques, le cuménique est très important.

 

Je voudrais ce soir évoquer avec vous l’un des personnages les plus importants de l’Islam, le Guide spirituel et illuminé de la révolution et du Coran saignant : l’Ayatollah Kuménique.

 

L’ayatollah Kuménique le premier parla de la Fesse lors de son exil en France.

A Boulogne Billancourt, dans le restaurant même où nous nous trouvons ce soir. Le discours fessetif qu’il prononça est resté célèbre sous le nom de « discours du prophète des loges ».

Plus tard à La Rochelle, lors du Vendée Globe, appelé aussi « fête des Voiles », il évoqua la laïcité et proposa de rendre fériée la journée de Laïc el kebir.

« La vie est un désert dont la femme est le chameau » disait il souvent , et « une poignée d’abeilles vaut mieux qu’un sac de mouche ».

Non il n’y a pas de contrepeterie, ce sera plus loin mais je vous le dirai…

  L’ayatollah Kuménique s’intéressa très tôt aux choses de la Fesse, contrairement à Jean Paul le pape hautain (là il y a une contrepeterie).

Entouré d’Imam Belges, il signa la déclaration de Fez. C’est d’ailleurs depuis ce jour que nos chers Chevaliers Belges portent le chapeau de Fez.

Il me donna une éducation très stricte et c’est pour cela que je n’aime pas que l’on bâcle les rites (encore une).

Il ne forma que des hommes car il savait très bien que les jeunes filles n’aiment pas les voies de Dieu (je contrepéte comme un fou de dieu ce soir).

Il forma aussi mon ami Tacite et conclut avec lui un contrat. Vous le connaissez certainement, car tous les vendredis soir Tacite se promène en babouche en risquant à chaque fois sa reconduction à la frontière. (tacite reconduction pour ceux qui ne suivent pas…)

Kuménique dira de la Fesse : « On ne peut pas porter deux melons dans la même main » Cette constatation le laissa amer. L’Ayatollah Kuménique est amer.

Le Jihad l’éloigna de la Sainte Fesse et de la Raie Publique. Il la parjura en déclarant :  «Entre l’ognon et sa pelure on ne tire qu’une mauvaise odeur ».

A la suite de cette déclaration, il fut nommé bras gauche de Ben Laden et repartit dans le désert, là où les linges séchent en mouillant les cordes.

Il vécu, jusqu’à sa mort, dans la province du Zan, au sud nord de l’Afghanistan. Car comme chacun le sait pour les Arabes le bout du globe c’est le Zan.

 

Pour terminer n’oubliez pas :

Pour tout savoir sur la Fesse

Connecte toi au Taste Fesses

3w tastefesses.info

C’est sur la fesse les infos qu’il te faut

Premier site de fesse en continu

Pour devenir grand expert sur le cul

 

Christian

Grand FesseMaster




NOVEMBRE 2008

NOVEMBRE 2008

Chevaliers, Chevalières,

Hautes Fessières, Hauts Fessiers,

Grands Officiers et Grandes Officières,

Sérénissime Grand Maître

 

Cette cérémonie fesse-tive va voir une nouvelle  impétrante, être initié aux plaisirs de la Fesse. Elle devra subir des terribles épreuves qui ont fait reculer bien des profanes et néophytes dans les temps anciens. C‘est souvent la fesse menue et confite qui se fit le témoin de leurs échecs.

Aujourd’hui, pour procéder à cette initiation, nous nous sommes mis à trois et en quatre pour cette tâche ardue. Un évêque, un imam, un rabbin. Il fallait bien la sainte-alliance des clergés pour honorer la fesse comme il se doit.

Mais  avant de digresser et non de dégraisser sur la Fesse, je poserai la question rituelle à la prétendante :

Aux tréfonds de votre conscience, pouvez-vous nous assurer que vous n’avez jamais blasphémé sur la sainte –Fesse ? L’avez- vous toujours honoré comme le prescrivent les saintes écritures du Bienheureux et sanctifié Léo Campion ?

Il faudra bien que cette mécréante réponde à ces questions qui taraudent l’Humanité depuis longtemps. Autant le dire, nous n’accepterons aucun faux-fuyant, car la Fesse, par-dessus tout, mérite la franchise. Une bonne main franche au panier et pas de ces palpations sournoises, volées dans un métro bondé. Droit au but et non pas doigt au fut !

Pour éclairer ses pensées, ses paroles et ses actions de glorification du saint-Cul, je voudrais, au nom de mes collègues ensoutanés, lui lire un délicat poème de l’abbé de cour Eustorg de Beaulieu, qui dans un ouvrage intitulé Le blason du cul, écrit au XVIème siècle, déclame cul-tête ceci :

 

«Ô cul de femme, Ô cul de belle fille,

Cul rondelet, cul proportionné,

De poils frisé, pour haie environné,

Où tu tiens, toujours la bouche close,

Sauf quand tu vois qu’il faut faire autre chose.

Cul bien froncé, cul bien rond, cul mignon,

Qui fait heurter souvent ton compagnon,

Et tressaillir, quand sa mie on embrasse,

Pour accueillir le jeu de meilleure grâce,

Cul rembourré comme un beau carrelet,

Qui prend les gens plus au nez qu’au collet ;

Cul préféré à chacun autre membre. »

Chevalieres, Chevaliers, Hauts-Fessiers, Hautes-Fessieres, Profanes et  autres mercantis de la fesse,

Ce soir, l’hiver approche et la fesse se fait tendre et poétique. Allumons nos cuisinières et nos cheminées pour se protéger du froid qui vient. Et surtout, ramonons, ramonons. Il en restera toujours quelque chose.

Après ce voyage initiatique dans la Haute Poésie,  en accord avec mes autres collègues inquisiteurs, je déclare ne pas m’opposer à l’intronisation, voir l’introduction de cette profane. Mais si d’aventure, il vous arriverait des mésaventures, rappelez-vous ce que disait Léo Campion : «  Il faut mieux toujours donner que recevoir, notamment les coups de pieds au cul».

Alors, au travail, Chevalières et Chevaliers !

 

Christian Eyschen

Grand Inquisiteur de la Confrérie des Chevaliers du taste-Fesses




JUIN 2008

JUIN 2008

Sérénissime Grand Maître

Dignitaires, Hautes Fessières et Hauts Fessiers, Chevalières, Chevaliers, Amis Fervents

Gloire à nos Passés et vénérés Grands Maîtres Léo Campion et Yvon Tanguy

 

Notre site internet se porte à merveille, il va bientôt passer le cap des 40 000 visiteurs !!!

Nous enregistrons une moyenne de 97 connexions par jour.

 

Il y a eu plus de connexions entre janvier et juin que toute l’année dernière soit 17 221 depuis janvier 2008 contre 16008 pour l’année 2007, et nos conseillers fessocrates prévoient un indice de croissance de 218 % pour cette année !

 

Voilà qui fait parler de nous dans les cabinets, en cette période de crise.

 

Mais nous ne céderons pas aux offres affligeantes des spéCULateurs, la Fesse ne rentrera pas en bourse, ce qui physiquement est impossible.

 

Les connexions viennent du monde entier comme je vous l’avais déjà dit, et nous enregistrons beaucoup de nouveaux venus parmi lesquels :

 

Nioué, une île tropicale située dans l’océan Pacifique, à l’est des îles Tonga, quelques universités américaines, l’Italie, la République Tchèque, l’Algérie, la Grèce, l’Islande, le Bénin, Israël, la Finlande, Monaco, le Liban, Taïwan, l’Estonie, l’Ukraine, et enfin comme je l’avais prédit lors de notre dernier Fessetin : la Russie.

 

L’Irlande ne s’est toujours pas connectée, un référendum devrait être organisé prochainement pour savoir si les Irlandais souhaitent adhérer à la Fesse Universelle.

 

A ce jour 52 pays se sont connectés à notre site du Taste Fesses. La liste sera mise prochainement en ligne.

 

Le Sérénissime Grand Maître devrait envisager un ministère de la Fesse Etrangère, rappelons nous que la Confrèrie a eu en son temps quelques Ambassadeurs en particulier Michel Simon, Ambassadeur en Helvétie.

 

Le site du Taste Fesses est présent dans Wikipédia l’encyclopédie interactive d’internet dans la notice de Léo Campion avec un lien direct. Bientôt nous devrions être dans FESSE BOUC.

Enfin vous êtes 126 à recevoir la lettre du Grand FesseMaster par mail.

 

L’activité de notre site et votre présence ce soir nous montrent que la Fesse se porte bien et comme aime à le dire notre Grand Maître « Quand la Fesse va….. tout va »

 

Quelques nouveautés et projets à l’aube de notre Cinquantenaire :

 

Nouveauté : La Collection d’Eté du Taste Fesses a été mise en ligne ce mois ci : teeshirt, tabliers de cuisine, casquette, parapluie et string de la Sainte Fesse peuvent être commandés en ligne avec les logos de la Confrérie et des citations de notre Passé et Vénéré Grand Maître Léo Campion. Cette collection a été dessinée par Karl Légère Fesse.

En projet : La parution d’un annuaire de la Confrérie, comme cela se faisait il y a quelques années. Cet annuaire sera réservé aux adhérents de la Confrérie.

A ce titre nous avons besoin de votre accord pour que vous y soyez mentionné. Nous allons donc vous distribuer quelques petits papiers que je vous demande d’avoir la gentillesse de mettre à jour et de me redonner au cours de la soirée en n’oubliant pas de nous préciser si vous souhaitez ou non figurer dans l’annuaire.

Je vous ai créé un email Taste Fesses pour l’annuaire avec l’extension @tastefesses.info.

Les messages seront automatiquement renvoyés vers votre Email personnel sans aucun réglage de votre part.

Pour avoir un Email Taste Fesses il faut impérativement avoir un email personnel et être membre de notre Confrérie.

 

En projet : la célébration du Cinquantenaire de la Confrérie. Un grand moment FesseTif Franco Belge en préparation et à ce titre, toutes les idées et volontés seront les bienvenues.

Quelques idées en vrac,

 

Faire une grande chaîne d’ognon autour de l’Arc de Triomphe

 

La création d’un monument à la Fesse Inconnue,

 

Un banquet à Anus où nous sommes allés faire quelques repérages en mars dernier

 

Organiser un grand sondage (sur la fesse et pas dans la fesse),

 

Rebaptiser une station de métro du nom de la Sainte Fesse, nous avons pensé à Réaumur qui est un nom prédestiné et qui la situerait pas très loin de la Bourse,

 

Proposer la chanson « Popotin d’abord » pour le concours de l’eurovision 2009

 

N’hésitez pas à nous faire part de vos idées, la tâche est ardue, mais nous n’aspirons pas au repos.

 

Comme le disait Ahmadou Kourouma dans son ouvrage « Monné, outrages et défis »

« Celui qui s’est engagé à tisser un coutil pour couvrir les fesses de l’éléphant s’est obligé à réussir une oeuvre exceptionnelle »

 

Merci de votre attention.

 

 

Et n’oubliez pas :

Pour tout savoir sur la Fesse

Connecte toi au Taste Fesses

3w tastefesses.info

C’est sur la fesse les infos qu’il te faut

Premier site de fesse en continu

Pour devenir grand expert sur le cul

Christian

Grand FesseMaster




JUIN 2008

JUIN 2008

Chevaliers, Chevalières,

Hautes Fessières, Hauts Fessiers,

Grands Officiers et Grandes Officières,

Sérénissime Grand Maître.

Cette cérémonie fesse-tive va voir des   nouveaux impétrants, être initiés aux plaisirs de la Fesse. Ils devront subir des terribles épreuves qui ont fait reculer bien des profanes et néophytes dans les temps anciens. C‘est souvent la fesse menue et confite qui se fit le témoin de leurs échecs.

Aujourd’hui, c’est le rabbi Schlomou de Lafesse qui va officier. Originaire de Prague, dans cette communauté qui fit naître la légende du Golem au Moyen-âge, cette créature   fut d’abord pétrie de glaise avant de recevoir le souffle divin. On sait qu’Adam fut Golem pendant six heures quand Yahvé lui fit deux trous dans le nez pour lui souffler dedans. Et il pris alors force et vigueur.

Initié aux plus anciens secrets, des secrets qui remontent à la nuit des temps, je puis vous informer que ceci est une parabole dans la Bible hébraïque, avec un sens caché. C’est en fait de la fesse que parlait le Pentateuque. Il fallu bien la pétrir et lui insuffler aussi l’esprit divin. Mais là où Yahvé avait eut besoin de faire deux trous, le Grand Architecte de la Fesse universelle n’eut besoin que d’en faire un seul, qui dure encore de nos jours. C’est en tout cas ce que nous enseigne la pieuse légende.

Mais avant d’aller plus loin, je poserai la question rituelle aux deux prétendants :

Aux tréfonds de leurs consciences, peuvent-ils nous assurer qu’ils n’ont jamais blasphémé sur la sainte –Fesse ? L’ont-ils toujours honoré comme le prescrivent les saintes écritures du Bienheureux et sanctifié Léo Campion ? Il faudra bien que ces mécréants répondent à ces questions qui taraudent l’Humanité depuis longtemps.

Et qu’ils ne me répondent pas comme ce maudit rabbin de Berlin : « Si je t’y mets les couilles sur le nez, toi avoir belle paire de lunettes ». Nous ne parlons que de fesses et de rien d’autres.

C’est pourquoi, à mon tour, je leur soumets cette histoire, juive, comme il convient pour qu’ils réfléchissent avant de s’engager plus loin. Un juif religieux se demande un jour si les relations sexuelles sont vraiment compatibles avec le Shabbath. Il a peur que ce soit un péché, n’étant pas absolument sûr que ce soit un jeu et non un travail. Son voisin de palier est un prêtre catholique, et il va lui demander ce qu’il en pense.

Le prêtre réfléchit quelques instants, consulte plusieurs ouvrages aussi volumineux que poussiéreux et finit par lui répondre :”Mon fils, tout ce que j’ai trouve concorde à laisser penser que l’œuvre de chair étant un devoir, c’est assimilé à un travail. J’ai bien peur que vous ne puissiez donc la pratiquer durant le Shabbat.”

Un peu refroidi, l’homme se dit in petto “Pufff… Qu’est-ce que je suis bête d’être allé poser cette question à un prêtre catholique. Qu’est-ce qu’il sait sur le sexe, après tout ?”Il décide donc d’aller demander à un pasteur protestant de ses amis ce qu’il en pense. Après tout, le pasteur est marié, et en sait certainement plus qu’un prêtre voué au célibat. Il va donc le voir et lui demande son avis. Après mûre réflexion et force trifouillages dans des parchemins vénérables, le pasteur lui répond “Malgré quelques références contradictoires, je crains que les relations sexuelles ne relèvent du travail, les rendant par la même incompatibles avec le Shabbat.

De plus en plus agité, il décide de faire ce qu’il aurait du faire depuis le début, et interroger le rabbin. Après tout, c’est lui, le spécialiste du Shabbat. Il prend donc son courage à deux mains, traverse la moitié de la ville, et va poser sa question au rabbin. Le rabbin n’a nul besoin de consulter quelque ouvrage que ce soit. Il lui répond immédiatement “Ne t’inquiète pas, il n’y a aucun doute: les relations sexuelles sont un jeu, pas un travail“. Notre homme, soulagé, est tout de même curieux de la raison qui donne une telle certitude au rabbin.

Mais rabbin, pourquoi êtes vous sûr que c’est un jeu et non un travail, alors que beaucoup d’autres soutiennent le contraire?” Le Rabbin répond doucement “Si c’était un travail, ma femme demanderait à la bonne de s’en occuper…

Méditez, méditez et espérons….

Pour terminer, je voudrais adresser une bénédiction authentique aux nouveaux impétrants pour les protéger dans leur quête. Cette bénédiction de Abayé est citée dans le Talmud, l’ouvrage encyclopédique de la Loi et du Savoir juif rédigé au cours des cinq premiers siècles de l’ère commune. La religion juive est replète de ces bénédictions ou berakhot, comme elles sont appelées en hébreu. En fait, un traité entier du Talmud, de 128 pages, leur est consacré.

A la page 120 (Berakhot 60b) du texte ancien, il est écrit : « Abayé dit, quand on sort des cabinets, on doit dire : Béni soit-Il Celui qui a formé l’homme avec sagesse et Qui a créé en lui de nombreux orifices et cavités. Il est évident et connu devant le trône de Ta gloire que si l’un d’eux se rompait ou s’obstruait, il serait impossible de survivre et de se tenir devant Toi. Béni sois-Tu, Toi qui guérit toute chaire et accomplit des prodiges.». Un juif pratiquant récite cette bénédiction en hébreu après chaque visite aux toilettes.

Après ce voyage initiatique chez le peuple de Moïse, je déclare de pas m’opposer à l’intronisation, voir l’introduction de ces profanes. Mais si d’aventure, il vous arriverait des mésaventures, rappelez-vous ce que disait Léo Campion : «  Il faut mieux toujours donner que recevoir, notamment les coups de pieds au cul».

Alors, au travail, Chevalières et Chevaliers !

Christian E.

Grand Inquisiteur de la Confrérie des Chevaliers du taste-Fesses




NOVEMBRE 2007

NOVEMBRE 2007

Sérénissime Grand Maître

Hautes Fessières et Hauts Fessiers

Gloire à nos Passés et vénérés Grands Maîtres Léo Campion et Yvon Tanguy, qui furent à la Fesse plus que la Tour Eiffel est à Paris

Présents, absents et futurs partisans inconditionnels de la Fesse.

Les internautes continuent de se pencher sans complexe sur notre site du Taste Fesses. Les connexions vont bon train, et un bon train, pour déplaire aux régimes spéciaux, ne peut que contenter notre confrérie.

Presque 22000 visites à ce jour.

La France et la Belgique restent en tête des connexions. On remarque de nouveaux venus parmi lesquels la Moldavie, la Lettonie, l’Arabie Saoudite, le Congo et la République Dominicaine.

La Chine se classe en 17ème position du nombre de connectés ce qui nous prouve que Google n’a pas censuré la Fesse en Chine (non ce n’est pas une contrepèterie) et que le séjour du petit Nicolas a porté ses fruits.  Il a tente de limiter les coups de pieds au cul que nous mettent les chinois. Ca vaut mieux car ils ont plus de pieds que nous on a de culs.

Sinon la Fesse est encore au centre de l’actualité.

Gros train de réformes, jolies proses, et ouverture, même le gouvernement actuel emprunte (au taux du marché) à notre vocabulaire. Je vous l’avais bien dit, « la fesse est l’avenir de l’homme », comme le chantait Jean Ferrat.

Comme le disait aussi Jacques Attali dans son dernier rapport sur la présence de la raie publique face à la mondialisation, « il faut laisser l’effet se faire », et non pas comme on l’a lu dans l’écolo des savanes « il faut cesser l’effet de serre ».

Depuis notre dernier Fessetin, le petit Nicolas a multiplié les culmissions et ne parle que d’ouverture. Quelques éléments de la fesse de gauche ont rejoint ceux de la fesse de droite pour travailler sur la constipation de la 5eme République et bien d’autres thèmes.

Attention cependant, et nous le savons bien, à ce que la fesse gauche ne rejoigne complètement la fesse droite. Si tel était le cas nous ne verrions plus l’ouverture et la France ne pouvant plus être en pet serait vite asphyxiée.

Rien de pire que des conflits fessiers qui durent et paralysent nos culcitoyens.

A contrario si la fesse droite venait à trop s’écarter de la fesse gauche cela créerait un éclatement de l’ouverture et entrainerait un déchirement sans précédent de la raie publique.

Tout est dans l’équilibre, vous le savez bien.

Le progrès social commence toujours par l’indépendance des fesses.

 

Enfin j’aimerais vous raconter une belle histoire de fesses…

Le père de mon amie est médecin. Il a depuis de nombreuses années parmi ses patients et ami le dessinateur Tetsu.

J’ai fait la connaissance de Tetsu il y a maintenant une bonne année. Dessinateur dans de nombreux journaux, il est aussi l’auteur d’un certain nombres d’ouvrages comme « les belles manières », ou « la vie en rose », où la fesse est omniprésente.

J’ai appris par la suite que Tetsu était Chevalier du Taste Fesses et ce depuis 1961.

Nous nous sommes donc revus et, comme vous vous en doutez, nous avons parlé du Taste Fesses.

Il a été initié à la Fesse le 19 Avril 1961, Haut Fessier le 9 Mai 1965, il est devenu  Membre du Corps Enseignant (enseignement supérieur et postérieur) de la Faculté de Pygologie de Paris avec le tire de Pro Fesseur de Callipygie graphique.

Il a fait don de trois dessins inédits pour le Taste Fesses pour le Journal « Le Cul ».

 

Même s’il porte admirablement ses 94 ans et demi, il ne pouvait venir ce soir mais en avait très envie.

Il m’a chargé de vous transmettre à tous son salut fessetif et affessetueux et est très heureux que la Confrérie continue son œuvre universelle.

A la suite de ce grand moment, j’ai appelé notre Sérénissime et lui ai demandé son avis pour élever cet adorateur de la Fesse au rang de dignitaire l’Ordre. Après consultation de nos hautes sphères de la Fesse, la proposition a été acceptée.

Tetsu sera donc élevé au rang de Dignitaire de la Confrérie avec le titre de Grand Fessinateur Callipyge.

C’est grâce à un formidable cul de crayon qu’il est arrivé à coucher autant de culs sur le papier et parfois sur  la toile.

La cérémonie aura lieu à Saint Maur des Fossés, dans le Val de Marne dans un restaurant où Tetsu a ses habitudes. La date vous sera communiquée et les Chevalières et Chevaliers qui pourront se joindre à nous seront les bienvenus.

 

Pour terminer n’oubliez pas :

 

Pour tout savoir sur la Fesse

Connecte toi au Taste Fesses

3w tastefesses.info

C’est sur la fesse les infos qu’il te faut

Premier site de fesse en continu

Pour devenir grand expert sur le cul

 

Christian

Grand FesseMaster




NOVEMBRE 2007

NOVEMBRE 2007

Chevaliers, Chevalières,

Hautes Fessières, Hauts Fessiers,

Grands Officiers et Grandes Officières,

Sérénissime Grand Maître

Cette cérémonie fesse-tive va voir deux   nouveaux impétrants, être initiés aux plaisirs de la Fesse. Ils devront subir des terribles épreuves qui ont fait reculer bien des profanes et néophytes dans les temps anciens. C‘est souvent la fesse menue et confite qui se fit le témoin de leurs échecs.

Aujourd’hui, c’est un prêtre égyptien, IMATOUMI, qui va officier. Religion pharaonique (le premier qui parle de ma mère sera excommunié de la Sainte Fesse), religion pharaonique, disais-je, elle est riche en symboles postérieurs à la triste Genèse.

Mais   avant de digresser et non de dégraisser sur la Fesse, je poserai la question rituelle aux deux prétendants :

Aux tréfonds de leurs consciences, peuvent-ils nous assurer qu’ils n’ont jamais blasphémé sur la sainte –Fesse ? L’ont-ils toujours honoré comme le prescrivent les saintes écritures du Bienheureux et sanctifié Léo Campion ?

Il faudra bien que ces mécréants répondent à ces questions qui taraudent l’Humanité depuis longtemps. Autant le dire, nous n’accepterons aucun faux-fuyant, car la Fesse, par-dessus tout, mérite la franchise. Une bonne main franche au panier et pas de ces palpations sournoises, volées dans un métro bondé. Droit au but et non pas doigt au fut !

Je serais intransigeant, car je suis IMATOUMI, dignitaire ecclésiastique au service du dieu RA. Celui-ci s’est fait appeler indifféremment   AMON, AMON-RE, ANUBIS, ATON. Nous qui allons pratiquer le Rite Egyptien ce soir, nous allons l’appeler AMON-RA-LE-CUL. Nous allons l’honorer comme il se doit.

Il était l’époux de la déesse MOUT, surnommée MOU-MOUT, parfois Gazon maudit  dans le civil. Ils ont eu un fils qui se dénommait KHONSOU, sans préciser sous quoi. Tout ceci est strictement véridique. AMON-RA-LE-CUL, MOU-MOUT et KHONSOU constituaient la triade thébaine, la famille sacrée de Thèbes. Et c’est vraiment des sacrés KHONSOU.

Dans la religion égyptienne, comme chez les dieux grecs, les dieux représentaient les différents aspects de la vie, des sentiments humains et aussi le monde physique. Ainsi, par exemple, la déesse AMEMET était représentée avec la partie postérieure d’un hippopotame (cela vous rappelle sans doute quelqu’un ?), la partie antérieure d’un lion et la tête d’un crocodile. Là quand même, quelqu’un qui a un cul d’hippopotame, qui gueule tout le temps et qui vous bouffe vos économies, vous la reconnaissez ? Mais prenez garde quand même, il ne faut pas pousser AMEMET dans les orties.

Cette imagerie animale était aussi présente dans le fameux sphinx. Il fallait répondre à ses questions pour voir le Sphinx taire ses menaces et vous laisser passer. Car quand on voit le Sphinx taire, tout passe, tout lasse, même les glaces. Vous voyez bien que la religion égyptienne a su mettre la Fesse sur son séant et la glorifier véritablement.

Après ce voyage initiatique dans la Haute Egypte, je déclare de pas m’opposer à l’intronisation, voir l’introduction de ces deux profanes. Mais si d’aventure, il vous arriverait des mésaventures, rappelez-vous ce que disait Léo Campion : «  Il faut mieux toujours donner que recevoir, notamment les coups de pieds au cul».

Alors, au travail, Chevalières et Chevaliers !

Christian E.

Grand Inquisiteur de la Confrérie des Chevaliers du taste-Fesses