1

NOVEMBRE 2008

NOVEMBRE 2008

 

Hommage à la Belgique

 Les lois de l’humour sont très sévères : on ne peut pas se moquer des victimes, des noirs, des homos, des musulmans, des juifs, des handicapés… moi je dis : de qui se moque t-on ? (Philippe Geluck)

 

Très Chers tous,

 

Comme l’on dit mes deux alcooliques, le cuménique est très important.

 

Je voudrais ce soir évoquer avec vous l’un des personnages les plus importants de l’Islam, le Guide spirituel et illuminé de la révolution et du Coran saignant : l’Ayatollah Kuménique.

 

L’ayatollah Kuménique le premier parla de la Fesse lors de son exil en France.

A Boulogne Billancourt, dans le restaurant même où nous nous trouvons ce soir. Le discours fessetif qu’il prononça est resté célèbre sous le nom de « discours du prophète des loges ».

Plus tard à La Rochelle, lors du Vendée Globe, appelé aussi « fête des Voiles », il évoqua la laïcité et proposa de rendre fériée la journée de Laïc el kebir.

« La vie est un désert dont la femme est le chameau » disait il souvent , et « une poignée d’abeilles vaut mieux qu’un sac de mouche ».

Non il n’y a pas de contrepeterie, ce sera plus loin mais je vous le dirai…

  L’ayatollah Kuménique s’intéressa très tôt aux choses de la Fesse, contrairement à Jean Paul le pape hautain (là il y a une contrepeterie).

Entouré d’Imam Belges, il signa la déclaration de Fez. C’est d’ailleurs depuis ce jour que nos chers Chevaliers Belges portent le chapeau de Fez.

Il me donna une éducation très stricte et c’est pour cela que je n’aime pas que l’on bâcle les rites (encore une).

Il ne forma que des hommes car il savait très bien que les jeunes filles n’aiment pas les voies de Dieu (je contrepéte comme un fou de dieu ce soir).

Il forma aussi mon ami Tacite et conclut avec lui un contrat. Vous le connaissez certainement, car tous les vendredis soir Tacite se promène en babouche en risquant à chaque fois sa reconduction à la frontière. (tacite reconduction pour ceux qui ne suivent pas…)

Kuménique dira de la Fesse : « On ne peut pas porter deux melons dans la même main » Cette constatation le laissa amer. L’Ayatollah Kuménique est amer.

Le Jihad l’éloigna de la Sainte Fesse et de la Raie Publique. Il la parjura en déclarant :  «Entre l’ognon et sa pelure on ne tire qu’une mauvaise odeur ».

A la suite de cette déclaration, il fut nommé bras gauche de Ben Laden et repartit dans le désert, là où les linges séchent en mouillant les cordes.

Il vécu, jusqu’à sa mort, dans la province du Zan, au sud nord de l’Afghanistan. Car comme chacun le sait pour les Arabes le bout du globe c’est le Zan.

 

Pour terminer n’oubliez pas :

Pour tout savoir sur la Fesse

Connecte toi au Taste Fesses

3w tastefesses.info

C’est sur la fesse les infos qu’il te faut

Premier site de fesse en continu

Pour devenir grand expert sur le cul

 

Christian

Grand FesseMaster




NOVEMBRE 2008

NOVEMBRE 2008

Chevaliers, Chevalières,

Hautes Fessières, Hauts Fessiers,

Grands Officiers et Grandes Officières,

Sérénissime Grand Maître

 

Cette cérémonie fesse-tive va voir une nouvelle  impétrante, être initié aux plaisirs de la Fesse. Elle devra subir des terribles épreuves qui ont fait reculer bien des profanes et néophytes dans les temps anciens. C‘est souvent la fesse menue et confite qui se fit le témoin de leurs échecs.

Aujourd’hui, pour procéder à cette initiation, nous nous sommes mis à trois et en quatre pour cette tâche ardue. Un évêque, un imam, un rabbin. Il fallait bien la sainte-alliance des clergés pour honorer la fesse comme il se doit.

Mais  avant de digresser et non de dégraisser sur la Fesse, je poserai la question rituelle à la prétendante :

Aux tréfonds de votre conscience, pouvez-vous nous assurer que vous n’avez jamais blasphémé sur la sainte –Fesse ? L’avez- vous toujours honoré comme le prescrivent les saintes écritures du Bienheureux et sanctifié Léo Campion ?

Il faudra bien que cette mécréante réponde à ces questions qui taraudent l’Humanité depuis longtemps. Autant le dire, nous n’accepterons aucun faux-fuyant, car la Fesse, par-dessus tout, mérite la franchise. Une bonne main franche au panier et pas de ces palpations sournoises, volées dans un métro bondé. Droit au but et non pas doigt au fut !

Pour éclairer ses pensées, ses paroles et ses actions de glorification du saint-Cul, je voudrais, au nom de mes collègues ensoutanés, lui lire un délicat poème de l’abbé de cour Eustorg de Beaulieu, qui dans un ouvrage intitulé Le blason du cul, écrit au XVIème siècle, déclame cul-tête ceci :

 

«Ô cul de femme, Ô cul de belle fille,

Cul rondelet, cul proportionné,

De poils frisé, pour haie environné,

Où tu tiens, toujours la bouche close,

Sauf quand tu vois qu’il faut faire autre chose.

Cul bien froncé, cul bien rond, cul mignon,

Qui fait heurter souvent ton compagnon,

Et tressaillir, quand sa mie on embrasse,

Pour accueillir le jeu de meilleure grâce,

Cul rembourré comme un beau carrelet,

Qui prend les gens plus au nez qu’au collet ;

Cul préféré à chacun autre membre. »

Chevalieres, Chevaliers, Hauts-Fessiers, Hautes-Fessieres, Profanes et  autres mercantis de la fesse,

Ce soir, l’hiver approche et la fesse se fait tendre et poétique. Allumons nos cuisinières et nos cheminées pour se protéger du froid qui vient. Et surtout, ramonons, ramonons. Il en restera toujours quelque chose.

Après ce voyage initiatique dans la Haute Poésie,  en accord avec mes autres collègues inquisiteurs, je déclare ne pas m’opposer à l’intronisation, voir l’introduction de cette profane. Mais si d’aventure, il vous arriverait des mésaventures, rappelez-vous ce que disait Léo Campion : «  Il faut mieux toujours donner que recevoir, notamment les coups de pieds au cul».

Alors, au travail, Chevalières et Chevaliers !

 

Christian Eyschen

Grand Inquisiteur de la Confrérie des Chevaliers du taste-Fesses